Archive | mai, 2009

Tin Town, au Musée des Beaux-Arts : « Etre carolo a un sens »

26 Mai

En rouge et noir, l’artiste carolo Michael Matthys, auteur et dessinateur de BD, nous raconte sa ville (ben oui, Charleroi !).

Lui aussi, il a vécu l’exode estudiantin à Bruxelles, lui aussi, on l’a appelé « le carolo ».

Comme  nous, il est revenu (on ne quitte pas Charleroi).

Avec « Moloch » et « La ville rouge », on est loin des Boules, des Bill et des Lucky. Redécouvrez les coins de rue, les affiches, les usines, les symboles et l’âme de notre Pays, en rouge sang… et en noir charbon aussi!

Exposition accessible jusqu’au 21 juin 2009
Du mardi au vendredi de 9h à 17h
Samedi de 10h à 18h
Fermé dimanche, lundi et jours fériés

Palais des Beaux-Arts
Place du Manège, 1
Entrée Médiathèque
6000 Charleroi

Bis-Arts 2hors: en mai, faites ce qu’il vous plaît (ou presque)

24 Mai

Joli mois de mai

Décidément, il n’y a vraiment plus de saisons.

Le Centre Culturel régional de Charleroi (PBA-Eden) avait judicieusement décidé d’organiser son Festival Bis-Arts sous un ciel plus clément que celui de la Toussaint, et pourtant il a plu.

Ca n’a pas empêché cette première mouture de Bis-Arts 2hors de nous étonner tout autant, voire plus, que son prédécesseur. La journée de clôture dé-chi-rait!

Entre les architectes de l’air et leur château-gonflable-qui-n’en-était-pas-un, les fripes des Galeries Lafayêt, mises à toutes les sauces, les artistes-trapézistes de la Compania de Paso, les rythmes endiablés de l’Orchestre International du Vetex, suivis de ceux du Boriano doubitchou Soundo, on ne savait plus sur quel pied danser… mais on l’a fait, et jusqu’aux petites heures, la Brasserie de l’Eden a senti la terre trembler.

Le tout pour pas un balle, ou presque.

Architects of Air – Levity II

C’est fou tout ce qu’on peut faire avec du plastique translucide et un chouya de soleil.

Avec Levity II,  les artistes de Nottingham nous invitent à une balade sensuelle dans un labyrinthe d’air de 800 m2 , fait de tunnels étroits et de dômes spacieux, éclairés uniquement par la lumière du jour. Une expérience sensorielle complète, pour petits et grands.

Ca n’a l’air de rien de l’extérieur, mais une fois qu’on est entré (sans les chaussures), c’est un vrai moment de détente, hors du temps, en plein milieu de la place du Manège.

Chapeau, les anglo-saxons!

Bis-Arts2 copie Bis-Arts3 copie

Bis-Arts4 copie Bis-Arts5

Les galeries Lafayêt: les fripes, c’est chic!

Ou quand le Palais des Beaux-Arts se transforme en hypermarché de la mode seconde main.

Piochez dans une montagne de fripes et rhabillez-vous, fabriquez des marionnettes, transformez-vous en star d’un jour et faites-vous prendre en photo par des professionnels, rhabillez les statues de Charleroi, prenez des légumes et faites-en des instruments de musique…

Appropriez-vous l’espace, promenez-vous dans les cabines d’essayage, passez au salon de coiffure, essayez-vous à la couture, admirez la valse des faux seins, des faux-cul et des épaulettes.

Une expérience humaine inoubliable, doublée d’une réflexion citoyenne. Vous revenez quand vous voulez, les gars!

Bis-Arts8

Bis-Arts7

Bis-Arts10 Bis-Arts11

Bis-Arts12 Bis-Arts14

Bis-Arts17 Bis-Arts18

RDV sur www.pba-eden.be

Cher visiteur, chère visiteuse

13 Mai

Merci à toi de t’attarder sur notre blog!

Dans un premier temps, il ne sera pas aussi complet qu’on le voudrait (oui, parce qu’on a de grands projets pour ce blog, qu’on transformera en site internet dès qu’on aura terminé notre master en informatique), mais on fera notre possible pour te faire découvrir petit à petit, la face B de Charleroi, celle qu’on laisse de côté, bla bla blaaaaaa (voir rubrique « About ») 🙂

Donc, si tu as des idées, des suggestions, des coups de coeur, partage-les avec nous!

Bien à toi,

L’équipe de Charleroi Face B.

Livresse, on aime!

12 Mai

livresse-affiche-charleroiExcellente, la soirée d’ouverture du Festival Livresse, au Vecteur, vendredi dernier.

 

C’était d’abord la rue de Marcinelle (qu’on ne se lasse plus de redécouvrir) sous un beau ciel de mai;

Une floppée de bouquins intéressants, explorant les rapports entre la littérature et la musique;

Une expo de photos noir et blanc de Renaud Monfourny, photographe des Inrockuptibles (visible jusqu’au 20 juin)

Un verre offert par la Ville avant 20h;

Et du beau monde, du beau monde, du beau monde…

 

C’était aussi une découverte musicale, celle de la POMPE MODERNE, un groupe français de reprises, anciennement appelé THE BRASSENS. Pas des reprises de Georges Brassens, mais bien des reprises « à la Brassens », d’un panel de chansons qui va de Iam à Adjani en passant par La Compagnie Créole.

« Si GEORGE BRASSENS vivait encore, comment reprendrait il les morceaux d’aujourd’hui »?

Et bien, si l’on en croit l’avis du public de ce vendredi, il cartonnerait!

Les français de la Pompe Moderne, derrière leurs lunettes de soleil vintage et leurs perruques volées aux puces, nous ont livré un succulent crû de covers revisitées à leur façon. Les pauvres jeunots qui sont nés dans les années 90 n’auraient pas apprécié ce concert de la même manière que nous, qui partageont des références musicales de l’avant-guerre( du Golfe), mais franchement, redécouvrir « La Vibe » de DIAMS, « Le Mia » d’IAM, « Les grosses choquotes » de Michael Jackson himself, et « Plus Dur, Meilleur, Plus Rapide, Plus Fort » librement inspiré de Daft Punk, c’était un grand bol d’air…

Et l’ancienne salle de théâtre du Vaudeville n’avait plus senti ses murs frissonner comme ça depuis bien longtemps.

Les gens du Vecteur, ils ont quand même l’art de nous débaucher des groupes dont on n’aurait jamais entendu parler sinon… Et je dis: Bravo!

Alors, qu’on ne nous dise pas qu’il ne se passe rien à Charleroi, compris? 🙂

Pompe moderne

Ecoutez-les sur http://www.myspace.com/lapompemoderne


V comme Vecteur (yeaaaah)

6 Mai

vecteur-logo-arriere-3Après le ‘V’ de « victoire », formé entre l’index et le majeur, et celui des « Visiteurs » (ou « envahisseurs » si vous préférez), qui nous ont tous fait flipper à force de bouffer des rats vivants (rappelez-vous des très eighties Donovan et Diana), voici le « V » du Vecteur.

Oui, je sais, la plupart d’entre vous ne connaissent pas le Vecteur. Pourtant, ça fait quand même quelques mois qu’ils sont installés dans les bâtiments rénovés de l’ancien-ancien théâtre Vaudeville, rue de Marcinelle (oui, parce que depuis, le Vaudeville est passé par le Passage de la Bourse, et maintenant ils ont déménagé à l’ancien cinéma Marignan).

Soit, pour faire bref, disons que le Vecteur est une plate-forme multiculturelle pilotée par l’ASBL Orbitale, qui réunit neuf structures. Un lieu d’échange et de création.

Alors bien entendu, le fait d’être tous réunis comme ça au sein d’un même bâtiment, de  réunir différentes disciplines artistiques, ça a pour but de démultiplier les idées (parce qu’il y en a plus dans plusieurs têtes que dans une),  de concentrer les énergies (parce qu’ensemble, on va plus loin), et d’enchaîner concerts, rencontres littéraires, expositions, installations, rendez-vous d’arts plastiques et digitaux, etc etc.

Jusqu’à présent, j’dois dire que c’est pas mal. En plus, comme ils font beaucoup dans l’alternatif, ça donne une visibilité à des initiatives et a des jeunes talents prometteurs qui, autrement, seraient sans doute restés dans l’ombre. Bon, parfois j’comprends pas toujours tout à l’art contemporain, mais l’art, est-ce que c’est fait pour être compris, ou ressenti?

En tout cas, on s’amuse bien, au Vecteur. Le samedi 11 avril, ils ont officiellement inauguré leurs locaux, et on s’est bien amusés. Enfin moi, j’avais une demi-guinze et j’ai trouvé ça fort sympathique de retrouver les ‘people’ des soirées de notre charmante ville. Vous savez, « c’est toudi les mêmes qu’on voit »… La fille ou le mec avec qui on s’est pris une fois un bon délire en soirée, et qu’on ne croise que dans ce genre d’occasions, mais que ça fait quand même bien plaisir de croiser…

La jolie petite rue de Marcinelle était noire de monde, il faisait bon, y avait un type qui faisait de la musique électro en mixant des sons issus de sa PSP (ou son game boy, j’sais plus), et un robot géant genre « Goldorak » que des enfants avaient fabriqué pendant l’après-midi.

Y avait aussi tout le « beau » monde politique, puisque c’est bientôt les élections, mais personnellement, je n’ai pas reçu la traditionnelle chope ‘t’as-vu-comme-j’suis-cool-tu-voteras-pour-moi-hein?’  Snif (Life is a bitch).

Bref, éclectique, la fréquentation du Vecteur. Et c’est ça aussi qu’on aime bien chez eux. Continuez les gars!

Vous n’êtes toujours pas convaincus??? RDV rue de Marcinelle ce vendredi 8 mai, pour l’ouverture du festival Livresse!

Infos sur http://www.vecteur.be/