Le Ciné le Parc sort de sa chrysalide

27 Oct

« Est-ce que ce siège est libre ? ».

C’est la première fois que je pose cette question au Cinéma Le Parc. Et puis, il n’a jamais fait aussi chaud. Et mmmm, qu’est-ce qu’ils sont confortables, ces nouveaux fauteuils ! J’ai la tête qui s’enfonce sans efforts, c’est doux comme du papier WC Moltonel. Comme de l’ouate !

Je suis à la soirée de réouverture du Cinéma Le Parc et ils passent « Le Ruban Blanc », Palme d’Or du dernier festival de Cannes.

Je peux l’avouer maintenant : nostalgique comme je suis, j’avais quelques réticences face au relooking de mon cinéma préféré. Et s’il perdait son âme, toutes ces petites choses que les consommateurs de pop-corn lui reprochent, mais qui le rendent justement différent des autres ? Différent des ‘gros cinémas’ dont on dit parfois qu’ils n’ont pas d’âme ?

Mais aujourd’hui, je suis convaincue qu’un bon petit coup de neuf, ça ne peut pas faire de mal. Et puis, c’est pas parce qu’ils ont rajeuni leur salle, qu’ils vont commencer à passer des merdes. Enfin, quand je dis « merde », on s’entend hein… Tout est une histoire de goût, et le goût, ça appartient à chacun. Ce que je veux dire, c’est qu’ils restent fidèles à la programmation de qualité qu’on leur connaissait. Un cinéma d’art et essai, ça ne sent pas forcément le vieux, et c’est pas forcément glauque. Arrêtez avec vos vieilles idées reçues !

J’en profite au passage pour relancer la vieille guéguerre entre le cinéma dit « commercial » et « l’autre » cinéma, celui qu’on appelle « d’auteur ». Oui, parce qu’après tout, chaque film qui sort a – forcément – été pensé par quelqu’un, ou quelqu’une, ou toute une série de quelqu’uns et de quelqu’unes grassement payés (ou pas). Même la plus grosse des daubes a dû être imaginée, écrite, tournée, montée, produite et post-produite, avant d’être distribuée, que ce soit sur les écrans ou directement dans les bacs.

Ces appellations toutes faites, véritables étiquettes qui conduisent à de grossiers amalgames dans la tête du « citoyen lambda » (pour peu que celui-ci existe), méritent d’être débattues. S’il y a bien un truc qui m’a toujours fait c****, quand je disais que j’étudiais le cinéma, c’est le moment où on me demandait : « Et c’est quoi, ton film préféré ? ». Question automatiquement suivie de « Que penses-tu du nouveau film de X ou Y », en général d’obscurs réalisateurs qui faisaient l’unanimité au sein du cercle réduit de l’intelligentsia du cinéma. Y avait pas intérêt à avoir manqué la chronique hebdomadaire d’Hugues Dayet.

Moi, j’ai pas de film préféré. J’arrive pas à choisir. Et je n’ai pas honte de dire qu’à l’époque, j’ai aimé « Titanic » et que je trouve le scénario de « Retour vers le futur 2 » super bien ficelé (je suis une enfant des années 80). Et il y a des « films d’auteur » devant lesquels je me suis endormie. Oui, j’ose le dire.

Attention hein, je suis la première à défendre les cinémas d’art et essai et à soutenir leur mission culturelle d’intérêt public : 100% pour la diversité culturelle, le soutien aux petits films indépendants et à la recherche esthétique. J’ai juste envie de dire qu’à force de galvauder le vocabulaire cinématographique et de tout mettre dans des cases, on finit par effacer les nuances et donner des complexes à ceux qui oseraient franchir les portes du Cinéma Le Parc, persuadés qu’ils ne comprendront rien au « vrai » cinéma d’auteur, et qui préfèrent se fondre dans la foule bruyante du CinépointCom (perso, je préférais « Carollywood », c’était un peu plus kitsch).

Rassurez-vous, vous qui êtes allés voir « Le Petit Nicolas » : un « blockbuster », ce n’est pas forcément mauvais, pas plus qu’un « film d’auteur » n’est forcément génial. Un bon film (pour moi) c’est d’abord un bon scénario, des images qui retiennent le regard, et c’est surtout un contenu. Un contenu qui nous dit quelque chose sur nous, et sur le monde qui nous entoure ; un contenu qui nous questionne sur nos habitudes, nos certitudes, nos rêves, nos modes de vie ; un contenu qui éveille des émotions, qui donne envie de dire « Je t’aime» ; un contenu qui nous pousse à changer quelque chose dans notre vie ; un contenu qui nous bouleverse… et auquel on repense le lendemain, le surlendemain, voire des années après.

Si vous aimez ce genre de films, poussez les portes du Cinéma Le Parc. Vous serez surpris de voir ce que les « challengers » du cinéma, ceux que la grosse machine à fric n’a pas voulu produire, ont à vous offrir. Tendez la main aux jeunes cinéastes qui veulent faire leurs preuves. Découvrez des films qui viennent d’ailleurs. Revivez des classiques du cinéma.

Bref, n’attendez plus pour découvrir le nouveau look et le programme d’automne du Cinéma Le Parc, et profiter d’une foule d’avantages :

– Fauteuils hyper confort, et pas encore de cheveux collés dessus

– Ambiance « boîte de nuit » – Accès pour les personnes à mobilité réduite

– Plus de sécurité le soir (la porte se ferme automatiquement et n’est ouvrable que de l’intérieur)

– Un personnel proche et accessible (au sens propre du terme… Vous comprendrez !)

– Un prix compétitif (5,50 et 4,80 étudiants)

– Pas de pop-corn sur les sièges.

– Pas de tentations sucrées à l’entracte

– Pas d’entracte

– Pas (trop) de difficultés pour se garer

Si vous en voyez d’autres, n’hésitez pas à compléter la liste 🙂

http://www.cineleparc.be/

Publicités

4 Réponses to “Le Ciné le Parc sort de sa chrysalide”

  1. Wyrd octobre 27, 2009 à 22 h 08 mi #

    Merci pour ce sympathique billet bien agréable à lire et surtout imprégné d’ « ouvertures » !

  2. Lionel octobre 29, 2009 à 1 h 44 mi #

    J’apprécie aussi, l’article et la refonte.
    Mais qui en est l’auteur!?
    Je présume, mais je doute.
    Il faudrait tout de même pouvoir citer ses sources 🙂

  3. charleroifaceb octobre 29, 2009 à 18 h 19 mi #

    Merci Lionel! Le prénom de l’auteur(e) de l’article commence par un « E ». Comme ça tu pourras citer ta source 😉

  4. Remy octobre 30, 2009 à 1 h 10 mi #

    Complètement d’accord pour l’absurde distinction cinéma d’auteur / blockbuster. Il y a des moments où il faut savoir laisser l’élitisme au placard.
    En tout cas, content pour la réouverture du Parc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :