Archive | juin, 2010

Le Mat Noir festival, côté plaine

27 Juin

C’est toujours une bouffée d’air frais, le festival du Mat Noir à Marcinelle.

Les grands arbres qui nous cachent, les pieds nus dans l’herbe, le soleil qui tape, la Marquisette sucrée sur les lèvres, le défilé de mode des adolescents post-pubères: c’est chaque année un avant-goût de vacances.

De quoi nous mettre l’eau à la bouche avant le Panorama Festival de ce samedi 3 juillet et les grands festivals d’été.

Photos: Emilie Jacquy

Publicités

Soupe, Cirque and Sun – Madame Espérance a fêté les voisins

21 Juin

Le 28 mai dernier, c’était les soupes de Madame Espérance, 4e édition.

Comme les autres fois, Espérance et ses amis Hazard et Bonnefortune avaient planté leur roulotte à la place du Bourdon (juste à côté de la rue de la Montagne) et proposaient de la soupe aux habitants du quartier et aux passants curieux… Et, en plus de la soupe, une chaise et la possibilité de taper discute.

Cette fois, il y avait aussi quelques nouveaux ingrédients:

Le soleil, déjà!

Il faisait super beau…Du coup, au menu, une soupe froide évidemment (un gazpacho) et cette espèce de bonne humeur communicative qui se diffuse dès qu’il fait beau!

Un duo de clowns: les Zirgomatiques!

Pour leur spectacle, ils ont investi la rue de la Montagne (sous le regard noir de certains commerçants et l’oeil curieux et amusé des passants et des habitants au balcon). Au départ, pas évident d’attirer du monde… Mais peu à peu les gens s’arrêtent, notamment pas mal d’élèves qui sortent des écoles du coin, et se prennent au jeu: Du « Olé » collectif sur un air de trompette à la jonglerie (avec un oeuf, une poèle, une torche, du sel, du poivre et un fouet, le tout finissant bien sûr en omelette!) en passant par le téléguidage d’une voiture de police en direct (très apprécié du public!), du tout bon spectacle de rue, drôle et pas prise de tête!

Á quand le prochain spectacle dans la rue de la Montagne?

Une initiation au cirque: des assiettes à faire tourner, des mini-échasses, des balles, des diabolos…

Et un animateur pour montrer tout ça. Du coup, il y avait plein d’enfants, de jeunes et de moins jeunes qui jouaient sur la place et s’échangeaient des conseils! Heureusement d’ailleurs, parce que faire tourner une assiette sur un baton, ça a l’air facile, mais ça ne l’est pas du tout !!!

Un dessert particulier : des Couilles de Suisse!

Présenté comme ça, il faut avouer que ça ne donne pas du tout envie! Mais en oubliant le nom, c’est très bon: de la pâte, du beurre, et un pruneau à l’intérieur: complètement light et idéal avant l’été  😉

Bref, un super bon moment! Parfait pour terminer la semaine!

Rendez-vous au prochain épisode 🙂

Texte: Julie Bouniton

Photos: Laure Houben

Sortie du livre des aventures des Carolos qui dansent…

14 Juin

Là où il est question d’amour, de Charleroi et de mouvements…

Le 27 mai dernier, le cinéma Le Parc était investi par les « Citoyens dansants », leurs fans et une foule de curieux pour la présentation du livre « Danses à Charleroi ». L’occasion de (re)voir le film « Quand Charleroi danse », en compagnie du réalisateur, des danseurs et de « leur » chorégraphe. Reflets du spectacle « Danse au quotidien » mettant en scène des « monsieur et madame tout le monde » dans le cadre de la Biennale 2009 de Charleroi/Danses, l’ouvrage conte une  aventure artistique et humaine inédite… qui fait mouche.

Un spectacle, un film, une expo photo, un livre… mais où s’arrêteront-ils ? L’an dernier, une trentaine de femmes, hommes et enfants de la Région de Charleroi réussissaient l’audition pour un spectacle présenté lors de la biennale de Charleroi/Danses – « Danses du quotidien ». Sous la baguette magique de la chorégraphe belgo-brésilienne Flavia Ribeiro Wanderley, et par les talents conjugués de tous ces « recrutés », l’aventure artistique et humaine s’est vue couronnée de succès… et continue d’inspirer.

Soupe du terroir

Pendant neuf mois, travailleurs et rechercheurs d’emploi, écoliers et pensionnés, vieux de la vieille et nouveaux arrivants, prof et soudeur – et parmi eux, zéro danseurs étoiles –  ont donc apprivoisé la scène, mené des recherches approfondies sur le corps, décortiqué leur milieu naturel.

Bien que déjà expérimentée ailleurs, notamment à Bruxelles, la recette est une véritable réussite à Charleroi.  Et si ces « citoyens dansants » y rencontrent un tel engouement, c’est sans doute parce que, loin des paillettes et des planches, c’est l’ensemble de la démarche qui interpelle, dans un milieu soi-disant hostile à l’art comme à ses habitants. Au-delà de la performance – car le résultat de longs mois de travail n’est rien de moins – il s’agit d’une grande marmite d’histoires individuelles s’échangeant au fil des rencontres, assaisonnée de coups de cœur partagés pour une ville que l’on dit mal aimée. Il y est certes question de danse – de beaucoup de danse –, de répétition et de spectacle, mais l’ingrédient principal est une véritable réappropriation par le mouvement : réappropriation du temps et des gestes du quotidien, réappropriation de l’espace de vie, …

Précieux témoins

Yves Mora, auteur du documentaire « Quand Charleroi Danse », a été le premier surpris de l’engouement pour le projet. De son propre aveu, le film ne devait « que » servir à garder des traces, sorte de petit making-off. Mais à mesure que la chorégraphie se révélait, que les corps (ré)apprenaient à bouger en harmonie, le film a pris, lui aussi, de l’ampleur. Et la curiosité extérieure sur la petite vie des Carolos a fait le reste. Produit par Michel de Wouters, il a été diffusé sur ARTE et sur la RTBF.

Après la diffusion du spectacle produit par Charleroi/Danses et le CPAS, la plupart de ses vedettes ont gardé le contact, continuant à s’intégrer à la vie sociale et culturelle de la ville. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un livre, mêlant mémoires et reflets poétiques, fruit. Un ouvrage collectif et passionné, fruit d’une rencontre entre internautes dansants et éditeur photographe, qui relatent le travail en amont et l’effervescence du Jour J. Un véritable témoignage d’une aventure créative qui fait découvrir Charleroi autrement. « Être ici, cela nous rend beaux » a dit un jour l’un des danseurs improvisés. Une beauté impromptue qui rejaillit sur toute une région.

Le livre, moi aussi je le veux

« Danses à Charleroi », édition du Basson, coll. Tandem (16×24, 64p, 102 photos N/B, 12€) est disponible à la Librairie Molière ou sur commande, par courriel : editionsdubasson@scarlet.be

Les photos sont de Etienne Vanden Dooren, Manon Roisin, Raymond Drygaski, Anne Colmant, Olivier Roisin et Bénédicte Dehasse, les textes de ces trois derniers.

Texte d’Annelise DETOURNAY (mpa)

Photos d’Etienne Vanden Dooren (Editions du Basson, Marcinelle)

Get your own map of Charleroi! Le tourisme Face B en vidéo!

12 Juin

Le tourisme ‘Face B’ – Plan touristique alternatif Use-it de Charleroi

7 Juin

Click here to download the map

On le préparait depuis un an… Il est enfin là, imprimé, plié et disponible dans le courant de cette semaine, en 15 000 exemplaires, à l’aéroport de Charleroi, à la gare du Sud, à la maison du tourisme et dans d’autres endroits du centre-ville (bientôt la liste complète sur ce blog).

Notre plan touristique alternatif  ‘Use-it’ de Charleroi, destiné aux jeunes touristes ‘backpakers’, ceux qui transitent par l’aéroport, mais aussi les autres, les Namurois, les Montois, les Liégeois, les Bruxellois, les Flamands et tous ceux qui en ont marre des cathédrales, des jolies maisons médiévales et des bières à 4euros les 25cl.

Nous l’avons présenté ce matin à la presse, maintenant, à vous de le découvrir! Procurez-le vous en ville ou téléchargez-le gratuitement sur notre site internet (en cliquant sur l’image ci-dessus), et laissez-nous vos commentaires! 🙂

Pour plus d’infos, cliquez sur l’onglet ‘Visit Charleroi’