Tag Archives: Théâtre de l’Ancre

Que faire quand une foule s’en mêle ?

2 Mar

Que faire dans nos rêves les plus fous pour changer le monde ? Nous, enfants de la crise économique, sociale, politique, écologique, que nous reste-t-il à opposer à la réalité ? Que faire ?, un projet familial, révolutionnaire qui oppose trois façons radicales de changer le monde. Le BPS 22 offrait la possibilité, dans le cadre du Festival de Liège à Charleroi, de voir ce spectacle ces 16-17-18 février.

Au départ, Que faire ? était un projet ‘familial’ d’une troupe de Liège. Un projet auquel a été conviée une foule d’inconnus. Sébastien, Julie, Alberto, Romain, Damien, J-B, Michel, Manon étaient déjà unis par des  liens très forts. Je pensais que ce serait beaucoup plus difficile de s’intégrer dans cette équipe soudée. Ma surprise fût grande.

La foule que nous composions était riche en personnalités et personnages très différents les uns des autres. Voire aux pôles opposés. Pourtant, dès les premières répétitions, nous avons appris à nous connaître dans nos différences et dans nos points communs. Age, milieux, culture, tous étaient mélangés ! Certaines personnes se découvraient tandis que d’autres se retrouvaient.

Nous nous rencontrions chaque semaine, après le boulot, après les cours, jamais sans motivation. Dès le début, l’équipe nous a transmis une énergie monstre. J’ai eu l’impression que l’équipe de « Que faire ? » s’était mis comme point d’honneur de nous connaître tous. Nous avons toujours été considérés comme acteurs, partie intégrante de l’équipe, et non comme de simples figurants.

Des gens partaient, de nouveaux arrivaient. La foule changeait au gré des répétitions. Mais la motivation restait intacte. Certains étaient passionnés de théâtre, d’autres arrivés là par hasard. Il n’en restait pas moins que tous ont donné leur maximum afin que le spectacle soit exactement celui que l’équipe avait imaginé.

Février et donc, l’heure des représentations, est arrivé très vite ! Une légère pression dans les coulisses, mais surtout une entente incroyable, une ambiance festive. Les petits comités du début se sont rapidement agrandis !

Premiers pas face au public, le cœur battant, la démarche assurée mais pas trop. Sensation in-des-cri-pti-ble ! Tout se passe très vite, sans doute trop.

Chaque soir, l’émotion est à son comble. Chacun porte désormais ce projet en lui. Nous avons donné le meilleur que nous avions pour épater non seulement le public, mais aussi l’équipe entière.

Cette expérience, hors du commun, nous a permis de rencontrer des personnes que nous n’aurions sans doute pas connues si nous n’avions pas participé à ce spectacle.

Quoi de meilleur comme conclusion que des propos recueillis au sein des figurants?

« Une aventure Humaine, pleine de vie et d’espoir…  Une ouverture d’esprit à partager encore et toujours… De très belles rencontres, des moments formidables avec des personnes inoubliables! » Fadila

« J’ai été plongé totalement par hasard dans « Que Faire? », sous les recommandations de Fabrice Laurent. J’ai vu le spectacle sans la foule (évidemment, c’était nous) lors d’une répétition à la MPA, le sujet me paraissait vraiment bon ! De la révolution comme on l’aime. Puis au fil des répétitions, nous avons visité divers lieux, jusqu’à voir le spectacle dans sa véritable atmosphère (dans sa version Carolo), au BPS22. La machine était en marche, impossible de l’arrêter. Énorme expérience, à refaire sans hésitation ! » Massimo

«  ‘Que faire ?’, un super projet, une super équipe, de supers participants. On était bien encadrés mais on a quand même pu faire preuve de créativité dans le choix de questions ou de nos occupations dans Central Park. Répétitions, travail intense dans la joie et la bonne humeur. Au départ, je ne connaissais que quelques personnes, puis je m’y suis fait plein d’amis. Que du bonheur ! On recommence quand ? » Irène

Merci à Sébastien, Julie, Alberto, Romain, Damien, J-B, Michel et Manon pour ces moments tous plus forts les uns que les autres.

Reste à répondre à la question : que faut-il faire ? La première ébauche de réponse que je donnerais, c’est quoique nous fassions, nous devons le faire ENSEMBLE car ENSEMBLE, on est plus forts.

 

Une initiative de L’Ancre et de la Compagnie « Que faire ? ».
En partenariat avec PAC, Couleur Quartier, la Maison pour Associations et le BPS22.

 


Texte: Mélanie Carboni

Photos: Fabrice Laurent

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Publicités

Disney peut aller se rhabiller, Blanche-Neige se dévoile…

5 Mai

Par un mercredi soir un peu frisquet, Charleroi Face B a vu de la lumière, a poussé les portes de l’Ancre et n’en revient toujours pas !

Lumières en veille, couloirs et bar vides, pas un bruit, pas une ombre ! Désert, le lieu habituellement  empli de monde, convivial et festif, prend toute une autre dimension… Le costume sombre un peu étrange qu’a revêtu l’antre rouge pour l’occasion donne le ton d’une  soirée hors norme !

Âmes sensibles s’abstenir, ici, les nains ne sont pas sont pas gentils !

Loin, très loin des happy end à la Disney, Howard Barker revient aux origines d’un conte pas vraiment merveilleux. Dans cette version insolite, l’œuvre des Frères Grimm habilement rehaussée de références mythologiques, est littéralement mise à nu et révèle sans détour une nature humaine dérangeante, angoissante mais tellement époustouflante de vérité !

A grands coups d’effets visuels audacieux et au fil d’une ambiance sonore déroutante, la troupe « Les Novices » revient avec une incroyable pertinence sur des thèmes sans âge où la cruauté humaine prend toute sa dimension.

Vous l’aurez compris, laissez la petite famille à la maison, ce soir, on parle sexualité dépravée, jalousie poussée à l’extrême et innocence bafouée…

Le cas Blanche-Neige (Ou comment le savoir vient aux jeunes filles)

de Howard Barker, par la Compagnies « Les Novices »

Théâtre de l’Ancre

Du 5 au 8 mai à 20h30

12€ – 8€ (- de 26 ans)

Plus d’info : www.ancre.be

« Ils ont aimé » – Go or Grow (Théâtre de l’Ancre)

7 Fév
Charleroi Face B lance « Ils ont aimé », ou quand vous devenez nos yeux et nos oreilles. Parce qu’il se passe toujours quelque chose à Charleroi; parce que Face B ne peut pas être partout, tout le temps ; parce que vous, avez des choses à dire, et parce que parfois, on n’a pas envie d’écrire une tartine!
Premier essai avec Go or Grow, programmé à l’Ancre il y a quelques semaines.

« Ils ont 25 ans et leur diplôme de gestion en poche. Ils sont intelligents, compétents, créatifs et très motivés. Ils ont des rêves, des ambitions et le sens du défi. Ils espèrent un job où ils puissent donner leur pleine mesure. »

Fabrice, Sofia et Peggy se lancent pour nous: 3 textes, 3 visions, 3 témoignages.
‘Grandis ou va-t-en’

Question pour un bonus : à quelle période une boîte de consultance amasse-t-elle le plus de thunes? En temps de crise, quand ses clients – comprenez les entreprises -, sont prêts à tout pour ne pas boire la tasse, ou en période de croissance, quand tous cherchent à maximiser leurs profits? Peu importe finalement, une boîte de consultance tire toujours le jackpot !

Grow or go, présenté aux Ecuries du 12 au 16 janvier 2010, taille un costard à ce monde merveilleux de winners ambitieux qui prodiguent leurs pensées formatées à coup d’indicateurs économiques et d’objectifs à atteindre. Analyse clinique de cette économie de la performance, où l’humain n’est qu’une variable parmi d’autres.

Plus en phase avec l’actualité, tu meurs.

Une fois de plus, lAncre tape juste et démontre avec Grow or go que le théâtre, quand il n’est pas engoncé dans ses murs, reste une terrible machine à déformater les esprits. Vivement recommandé s’il repasse par chez nous.

Texte: Fabrice Laurent


‘La croissance ou rien…’

Ce spectacle dévoile le monde de la consultance avec une justesse qui fait froid dans le dos. En effet, tout contribue à cette ambiance glaciale : le décor, sobre et impersonnel. Une table, une chaise, un ordinateur, une projection de chiffres éclairant la scène. Les personnages, redoutablement formatés tant dans l’apparence vestimentaire que dans le langage. Ces clones en costard ou en tailleur haute couture s’expriment dans une langue codifiée et ne cessent de répéter des expressions comme autant de formules incantatoires : performance, compétition, flexibilité, adaptation, profit. C’est ça, l’esprit d’entreprise.

La pièce nous plonge dans un univers abstrait, froid et « rationnel ». Un univers lointain aussi, presque comme si il ne nous concernait pas, nous. Or, c’est une illusion. Car la seule raison qui anime les consultants en entreprise, c’est la croissance, et à tout prix. A aucun moment, on n’entend le terme « personne » car les êtres humains que nous sommes sont réduits à l’état de chiffres et de « pertes inévitables», comprenez licenciements en masse. La globalisation influe bien sur nos vies, dans la sphère professionnelle comme dans la sphère privée. En effet, nos vêtements, nos aliments, nos loisirs nous inscrivent dans la mondialisation.

Nous vivons dans une société de plus en plus complexe et compétitive où les enjeux sociaux, politiques, économiques, culturels et écologiques s’entrechoquent. Ainsi, on baigne dans la mondialisation des marchés économiques, à tel point que le terme “capital” est entré dans le vocabulaire quotidien. La publicité nous assomme avec des produits garantissant notre « capital santé » ou notre « capital beauté ». La société de consommation dans laquelle nous vivons tous semble vouloir notre confort, notre bien-être à coup d’achats de produits toujours plus indispensables

Paradoxalement, cette recherche du bien-être général s’accompagne d’un recul de la solidarité, de la démocratie et des droits de l’homme. Les exemples proches de nous ne manquent pas : selon la CSC, les annonces de licenciements collectifs ont été deux fois plus nombreuses en janvier 2010 qu’en janvier 2009. En janvier de l’an dernier, 3.482 emplois avaient été supprimés alors qu’au cours de ce mois de janvier, les restructurations annoncées portent sur 6.621 emplois.

Cette situation est parfaitement illustrée dans « GROW OR GO », qui est un cynique tableau d’un monde en « croissance ».

Texte: Sofía Injoque Palla

‘Go or Grow

Ce que j’apprécie vraiment dans la programmation du Théâtre de l’Ancre, ce sont les différentes pistes qui nous sont données pour la lecture d’un spectacle : les rencontres et débats, simples et efficaces, ou la mise en parallèle avec des interprétations de la thématique dans d’autres disciplines.

Pour une fois, avec Go or Grow je n’ai assisté qu’à la pièce. J’ai ici découvert un univers tellement lointain de mon quotidien ! Un stéréotype tellement gros que je ne l’imagine qu’issu d’un film ou d’un roman.

Ici, le « montage » de la pièce vient d’un reportage. Pas vu… mais magistralement ressenti durant le spectacle. Les scènes sont séquences. Rewind, repeat, roulettes. La précision du geste observé chez les « vrais » prend toute son ampleur. Une mise en scène sobre et subtile. Ils sont vrais. Ils sont faux. Ils ne sont pas eux-mêmes. Normal, c’est du théâtre. Effrayant, ils reflètent la réalité, une des réalités de notre monde.

Texte: Peggy Francart